Pamphlet contre l’émission LE RETOUR DES SORCIERS de Martin Weill sur TMC

Dernière mise à jour : 1 nov. 2021

Quel titre menteur, le retour de l’idiocratie aurait été plus juste ! Après visionnage de ce reportage qui aura fait couler beaucoup d’encre, je ne pouvais pas ne pas réagir face à cette émission qui n’aura fait que participer à l’élaboration d’un homme de paille. Et à mon humble avis, cette stratégie de l’épouvantail sert uniquement la chaîne et la production à donner à l’audience du sensationnalisme, des guignoleries et le loisir à la moquerie dont ils ont une forte appétence… Et en ça, c’est réussi tant les sujets présentés étaient la malheureuse représentation d’une majorité plus qu’écrasante de la sphère ésotérico-spirituelle.

Entre la voyante bling-bling qui croit que la cartomancie est cartésienne, comme si c’était relié étymologiquement (employée par des maisons de haute—couture célèbres, les gars s’il vous plait, vous ne pouvez pas trouver mieux ?) et qui confond intention et convention pour le placement signifiant des cartes, l’apprentie sorcière ado-bimbo aux connaissances sans fond issues en majorité d’âneries écrites par des journalistes qui bricolent du texte pour vendre du papier (coucou Spérandio/Ricard et WitchPlease, etc.) et croit maudire les violeurs, une chasseuse de fantômes qui pérore prouver l’existence sans connaître les critères d’une preuve et sans méthodologie valable avec des jouets qui se vendent pour des machines de détection (cliquez ici pour lire mon article à ce sujet), des vignobles qui suivent des méthodes biaisées issues de secte, des pseudo-thérapeutes qui emploient un procédé dérivé de la scientologie et j’en passe des vertes et des pas mûres…

Seul élément à applaudir, c’est d’avoir pu donner la parole à des sceptiques dont la télévision ne fait grande place, et dont je suis les travaux assidument depuis plusieurs années, comme Élisabeth Feytit que j’apprécie énormément et dont je vous conseille d’écouter ses podcasts Méta de Choc, ainsi que de lire les ouvrages de cette collection. Bienveillants et sérieux dans leurs approches de déconstruction, ils mettent en garde contre les dérives qui pullulent dans ce milieu. Et au lieu de leur jeter la pierre, il serait vraiment temps que les gens écoutent leurs dénonciations afin de faire évoluer leurs pratiques et par conséquent le milieu dans sa globalité pour ne pas tomber dans les pièges !


Cependant, ce « reportage » a choisi de s’orienter vers les influenceurs plus que vers les vrais praticiens et chercheurs qui essayent de faire changer les choses. Ce qui démontre particulièrement la stupidité de notre société. Et ça, dès les prémices du projet auquel nous avons été nombreux à être contacté et avoir senti ce qu’ils cherchaient à faire. Et nous leur avons tous refusés notre participation, ou sous réserve car dès que l’on a émis des conditions sérieuses, ils ne voulaient plus de nous. Or je prends mon exemple : plus jeune, j’ai moi-même fait les frais de la télévision, naïvement j’ai suivi ce qu’ils m’ont demandé avec leurs assurances que ce serait très bien. Et nous sommes nombreux à ne plus vouloir se faire avoir.

Si du côté des sceptiques c’était parfait, ne montrer que des caricatures d’influenceurs en quête de popularité auprès des ados et des adulescents, cela ne participe qu’au sophisme de l’épouvantail et ne sert qu’à défoncer des portes ouvertes. Montrer cet aspect afin de prévenir des idioties, du charlatanisme et des dérives c’est important et je ne le remets pas en question. Mais apporter du relief avec un contrepoids sérieux aurait permis d’éviter la désinformation. En travestissant la réalité, en déformant les propos, mal interprétant et simplifiant à l’extrême cela ne pousse qu’à défendre l’argument absurde au lieu des propos initiaux. Rendre le raisonnement ridicule est plus facile à attaquer que réfuter des propos sérieux. Ce mécanisme de diversion se sert de biais courant pour arriver à ses fins : la tendance à donner du crédit aux idées qui nous plaisent, l’ipsédixitisme qui consiste à rapporter des propos venant d’autorités illégitimes, l’ultracrépidarianisme qui désigne la tendance à parler d’un sujet que l’on ne connait pas, comme l’explique très bien Étienne Klein dans son tract : Le goût du vrai. Ou encore le modèle NARA de Thomas C. Durand dans La Science des Balivernes : le principe narratif qui fait qu’une connerie consiste en une belle histoire à raconter (le fameux storytelling qui fait appel à nos émotions au lieu de notre raison) ; le principe d’attraction qui fait que la connerie qui circule plaira toujours aux gens à contrario de la vérité ; le principe de résilience qui explique que la connerie détourne le système de défense de notre esprit en cherchant à défendre la connerie ; et le principe d’asymétrie qui démontre qu’il faut beaucoup plus de ressources pour réfuter une connerie que pour l’énoncer comme l’explique Alberto Brandolini.

Et là-dessus l’émission coche toutes les cases. Panem et circences (du pain et des jeux), comme disait les romains, face à un public assoiffé de polémique et de critique, ça a nourri une image à la fois ridicule et effrayante pour assouvir les spectateurs, dans une course à l’audience, en réexploitant même la récente affaire de sorcellerie avec les candidats des Marseillais (et pourtant ce n’est pas faute d’avoir prévenu depuis de longues années dans mon article sur le retour affectif des arnaques dont ils ont été victimes). À l’image de cette affaire, ils ont surfé sur la téléréalité dans cette émission avec des sujets dignes de rentrer dans ce genre de programme (ce qui n’est pas étonnant sachant que le reporter vient de faire une émission sur les influenceurs de la télé-réalité). Je regrette aussi le manque de diversité au casting, prendre que des femmes (ce qui constituait l’ensemble du casting à part le monsieur du vignoble qui n’avait pas de lien avec les réseaux sociaux), jeunes, belles, blanches et cis (sauf erreur de ma part), ce qui est assez limite, surtout si c’est pour les tourner au ridicule… Encore un cliché, comme si seulement les femmes pouvaient croire et pratiquer tout ça…

Sachez, qu’avec mon expérience dans diverses émissions tournées lorsque j’étais très jeune, ils m’ont très bien fait comprendre qu’ils pensent que la ménagère ne peut pas suivre des discours trop sérieux, que cela l’ennuierait, donc qu’il faut illustrer des propos simples avec des images d’Épinal, pour cela ils préparent des « séquenciers » où ils dirigent le sujet afin que ça colle avec ce qu’ils veulent monter par la suite et les sujets ne peuvent pas visionner le reportage avant diffusion donc ils découvrent le montage en même temps que tout le monde à la télé (je n’accuse nullement la production d’agir ainsi car je ne les connais pas suffisamment, mais c’était le cas de toutes celles avec qui j’ai tourné). Et ça avouons qu’il faut que ça s’arrête ! Arrêtez de nous prendre pour des cons !


Pour revenir plus en détail sur la sorcellerie dans l’émission, déjà c’était un peu fourretout car finalement seul un sujet sur l’ensemble y était vraiment consacré, le reste appartient à d’autres disciplines occultes/ésotériques/énergétiques/spirituelles. Et de ce sujet sur la sorcellerie, la méconnaissance étant de mise, à part une pratique balbutiante de débutant dérivant des ouvrages New-Age, ou de livres marketing ou encore d’un fatras pris ici et là sur le net et la pop culture, rien n’est venu expliquer les différentes recherches, de l’évolution d’une pratique séculaire à une pratique réellement moderne se basant sur des recherches pluridisciplinaires académiques et par des groupes de chercheurs indépendants essayant d’appliquer les critères de la recherche expérimentale afin de développer et améliorer les pratiques opératives en leurs apportant un cadre théorique de mécanismes énergétiques (en dehors du discours sur les minéraux qui, je crois avoir discerné dans la bibliothèque, vient de l’excellente Julia Boschiero, enfin une bonne référence !). Rien. Ni sur l’aspect plus cultuel et initiatique voire dévotionnelle de certaines voies, aucune mention des voies, traditions et systèmes doxastiques. Rien. En bref, à part faire joujou avec des objets sortis de boutiques et se réclamer d’un titre, rien. Je n’en veux pas au sujet de ledit reportage, moi-même suis passer par la même phase, on commence tous par-là, mais c’est à l’émission que j’adresse ce coup de gueule, car promulguer un sujet comme star du milieu parce que beaucoup suivi par des adolescents fantasmant (il est précisé que la moyenne d’âge du million d’abonnés est entre 15 et 17 ans), ne fait que renforcer à la fois la moquerie et dénigrer les explorateurs (terme qui s’avère bien mieux que chercheur comme l’a expliqué Julia Galef dans son ouvrage The Scout Mindset) et augmenter l’effet de réactance des personnes qui croient à de tels âneries et donc renforce leurs fausses croyances, donc dans tous les cas, ça ne sert pas dans le bon sens. À cela je vous invite à visionner une vidéo d’un sceptique qui démonte ce genre de bêtises dont la jeune personne du reportage : https://youtu.be/ZsM1tk_Epg8


Ce genre de reportage est juste une honte, il faudrait l’oublier rapidement malgré les interventions justes et éclairantes des sceptiques (à qui il aurait fallu aussi présenter leurs travaux et laisser plus parler afin de donner davantage de reliefs). Si Martin Weill était à l’écoute et à priori respectueux des sujets (enfin c’est ce qu’il m’a paru, malgré les nombreuses critiques à son sujet), il s’avère que cela dénotait avec le ton global de l’émission qui était méprisant. Mettre d’un côté les sceptiques sérieux et de l’autre des sujets farfelus, ne fait que donner l’idée que l’ésotérisme c’est ça. Certes à 99% ça l’ait, si c’était dans l’optique de prévenir des dérives alors aurait-il fallu montrer aussi des sujets sérieux afin de permettre aux spectateurs de faire la part des choses. C’est regrettable. Espérons que cela ne fasse pas plus de mal à ce milieu déjà malmené par l’intérieur comme par l’extérieur et que l’on met au bûcher. Et qu’à l’avenir, ce soit fait de manière plus respectueuse, rigoureuse et sérieuse.


Sébastien G.A. Le Maôut

Sorcier ∞ Mage ∞ Occultiste