IMG_6058.PNG

Fiche Pratique Bonus : COMMENT RÉALISER UNE PRIÈRE DE MANIÈRE EFFICACE ?

Mis à jour : 20 août 2019

Difficulté : *

Outils et/ou ingrédients nécessaires :

- Rien de bien particulier en dehors de votre foi et de votre volonté

Fonction et utilisation : Générer de l’Énergie afin d’y programmer une information non-locale (charge artificielle) adressée à une divinité ou entité par projection

Méthodologie : Aujourd’hui rares sont les pratiquants qui savent vraiment faire une prière. Les différents ordres religieux ont eux aussi abandonnés certains enseignements que le clergé promulguait à ses ecclésiastiques. Il est donc tout à fait naturel que la prière ne soit plus enseignée correctement parmi les fidèles et les pratiquants spirituels. L’ésotérisme consumériste d’aujourd’hui simplifie ce procédé en disant qu’il suffit de répéter la prière avec tout son cœur et sa foi. C’est certain, cependant ce n’est pas suffisant. En étant honnête avec soi-même combien peuvent dire avoir vu leur prière se réaliser vraiment ? Une poignée seulement. Certains groupes de recherche en énergétique affirment que la prière n’a qu’une action faible sur les Énergies subtiles. Ils estiment même qu’elle est efficace que dans 10% des cas. Pour d’autres, la prière fait partie du matériel liturgique religieux et ne doit pas être rattaché à la magie et la sorcellerie. Ce n’est pas faux, cependant la limite entre les deux est souvent très fine et cette technique se trouve être au cœur du système de rechargement d’un Égrégore Gardien ou d’un Serviteur. Lorsque l’on étudie historiquement, scientifiquement et selon la dialectique (de Hegel de préférence pour tout ce qui est spirituel) le processus de la prière, on se rend rapidement compte des oublis manifestes et récurrents qui lui sont associés.Pour cela, il est intéressant de remonter dans les pratiques anciennes et de comparer à peu près tout ce qui se faisait sur une large période et la totalité du globe pour remarquer qu’il existait dans tous les systèmes religieux, une propédeutique. C’était une période d’enseignements primordiales sensée faciliter l’apprentissage aux nouveaux membres du clergé. Chaque jour se voyait répéter un entraînement sans pareil : liturgie des heures (offices de prières à différents moments de la journée) et oraisons silencieuses à usage méditatif pendant un nombre d’heures affolants. Évidemment, les membres du clergé faisait aussi d’autres sortes d’études, mais nous nous concentrons exclusivement ici à l’usage de la prière. De plus, il est tout à fait possible de transposer tout ça aux différentes religions orientales, la méditation pouvant parfois être associée à une forme d’oraison silencieuse et inversement. Nous pouvons donc aisément comparer les exercices spirituels de la période de propédeutique aux différents entraînements énergétiques qu’un mage ou sorcier(e) se doit de pratiquer au préalable. Mais il était aussi un enseignement indispensable : l’étude des Textes Fondateurs. Chaque système ayant son livre référentiel (ou presque), relatant la cosmogonie, et y expliquant toutes la mythologie et théologie associées à leurs croyances, ils y faisaient des études de textes complets et beaucoup d’herméneutique sacrée afin d’interpréter correctement différents corpus de textes sacrées. C’est ce qui manque cruellement aujourd’hui aux différentes pratiques spirituelles. L’importance de comprendre le sens de la prière qu’ils répètent est essentielle. Comme d’en saisir le but et quand et pourquoi l’employer. Il est navrant de voir qu’aujourd’hui pour la grande majorité des gens, la prière se résume à lire un poème avec forte conviction. Pire encore, avec l’arrivé du développement personnel New-Age et de la pseudo-spiritualité marketing, sous ses faux airs d’holisme et de laïcité, ils apprennent aux masses à faire des prières sans but ni à destination d’une divinité ou entité. Considérant l’univers comme une « entité consciente du tout » pouvant dispatcher les prières aux bons endroits. Ce qui est très naïfs et extrêmement racoleur. Nous allons voir ensemble les différents points importants composant une prière ou une oraison et comment en mettre en place une de manière efficace.

A) POINTS IMPORTANTS :

- une prière a obligatoirement un destinataire :Vous n’iriez pas prendre un téléphone et parler dedans sans avoir composé de numéro de téléphone. Vous risqueriez d’attendre longtemps une réponse…

- une prière a toujours un but :Si vous ne voyez pas le but précis d’une prière que vous lisez, c’est que soit vous n’avez pas suffisamment étudié le texte et le système pour comprendre pourquoi cette prière existe, soit la prière n’a aucun fondement et est écrite par une personne incompétente et affiliée à aucun système de croyance et donc n’est qu’un texte poétique.


- il existe trois sortes de prières :

1) la prière de gratitude : c’est une courte prière généralement pour remercier les divinités ou entités des bienfaits qu’elles vous apportent, cela se rapporte aux rites de célébrations et de rechargement d’un égrégore comme expliqué dans mon livre « Les Mécanismes de la Pratique Magique ».

2) la prière de confession : c’est une prière libre à but cathartique, salvifique et expiatoire, le pratiquant confie ses pêchers et exactions à la divinité qu’il adore dans le but que celle-ci le purifie spirituellement (et psychologiquement cela a des vertus méditatives et relaxantes) puis la divinité est sensée apporter la grâce afin que le pratiquant se sente libéré et comme une personne ayant évolué par-delà les épreuves qu’il a rencontré. Nous pouvons aussi rattacher à la confession, le Kyrie qui est une prière de supplication.

3) la prière d’intercession : c’est la prière classique de demande de bienfait à soi ou à autrui.


- une prière doit être comprise par son pratiquant et faire partie de son système de croyance : Ne pensez pas qu’une prière à une divinité ou entité que vous ne connaissez pas en profondeur va vous répondre. Il est important de construire un lien de dévotion avec l’égrégore. Pour cela il faut étudier un maximum tout ce qu’il est possible relativement avec l’entité que vous voulez solliciter. Il est important aussi de se présenter à elle, certaines entités répondent que si le nouveau croyant est intronisé à la religion ou au système spirituel qui se rapportent à elles. D’autres n’ont point autant d’exigences mais aiment que le pratiquant leur démontre des marques de respect (même si ontologiquement ce n’est pas forcément nécessaire comme je l’explique dans mon livre). Ne pensez pas non plus que réciter une prière en latin, grec, énochien, sanskrit, etc. sans comprendre ce qui est dit et ce que ça veut dire vraiment, va fonctionner. Une prière ça s’étudie. Récitez comme un barbare des phrases sans fond est inutile. (Se référer aux chapitres théoriques du livre pour comprendre pourquoi).


- une prière doit être utilisé au bon moment pour la bonne raison et dans l’intention juste :Aujourd’hui beaucoup de gens répètent une prière comme ils liraient leurs horoscopes ou chanteraient la dernière chanson à la mode. Et ça, à tout moment et sans distinction des différents emplois des différentes prières. Voire en généralisant tout sur une seule et même prière considérée comme un couteau-suisse à intention multiple…Evidemment ce n’est pas le cas. Et c’est là que l’étude du texte composant la prière sera un plus évident. Certaines prières ne se font qu’à certaines heures, n’ont pas que cela ait une importance concrète mais cela revêt du système dans lequel vous serez inféodé et peut avoir une fonction de salutation à des moments précis. Dire bonne nuit en pleine journée fera sourire mais ne vous portera pas défaut. C’est pareil avec la prière si elle est employée à la mauvaise heure (si c’est une liturgie d’heure bien entendu). Dans d’autres cas, une prière écrite pour la déesse Hécate par exemple qui lui demanderait les faveurs associées traditionnellement à la divinité Jupiter risque de poser problème. Il faut bien connaître les champs d’actions des différentes entités à qui sont adressées les prières et oraisons. Pour les monothéistes, le problème se pose moins, or aujourd’hui, il existe de nombreuses prières associées à différents saints, anges et entités subalternes. Donc rigueur est de mise dans ce genre de cas. Mais au-delà de ça, il est important de faire un peu d’introspection et vérifier si la prière est formulée par besoin, par volonté ou par désir. Il faut savoir qu’une prière n’est réellement efficace que si celle-ci a une intention juste. Si vous faîtes une prière par besoin, c’est une supplique car vous n’avez plus le libre-arbitre, vous avez besoin d’une chose. Si c’est un désir, c’est comme le besoin sauf qu’au lieu que vous n’ayez plus le libre-arbitre par cause extérieure, là c’est par cause personnelle, votre désir est si fort que vous n’avez plus le choix non-plus, cela se rapprocherait presque d’une forme de cupidité. Alors que la volonté, votre libre-arbitre a toute sa place et votre « souhait » n’est motivé que par votre force de détermination conjuguée à votre lâcher-prise. Les anciens Kabbalistes appelaient cela la Kavanah « l’intention du Cœur, la prière juste ». Et c’est à partir de là que le New-Age a récupéré l’idée qu’une prière doit être faite avec le cœur. Mais sans donner aucune explication. Ce n’est pas toujours évident de déceler en soi si nous sommes motivés par besoin, par désir, par cupidité ou si c’est une volonté propre. Pour y arriver, il n’y a pas de secret, seul l’entraînement visant à vous connaître sans filtre, ni faux-semblants permet d’adopter une démarche introspective saine et efficace. Étudier la philosophie, les thérapies cognitives, la psychologie, la psychanalyse, le développement personnel et la spiritualité vous donnera les clés pour appréhender votre « être véritable ».


B) TECHNIQUES ÉNERGÉTIQUES LORS DE LA PRIÈRE :

(Avertissement) Ne vous offusquez pas des termes employés dans les sous-titres des techniques, ils sont issus des traditions judéo-chrétiennes et kabbalistiques, je les trouve très parlant ainsi je rends à César ce qui lui appartient. Libre à vous d’en changer si cela vous gêne.


I. Le souffle : Commencez par vous détendre. Pour cela vous pouvez effectuer une respiration carrée. La respiration carrée consiste à compter quatre secondes lors des 4 étapes de la respiration : inspiration, retenu du souffle, expiration, retenu du souffle à nouveau. Et ainsi de suite pendant une bonne vingtaine de fois ou jusqu’à ce que vous vous sentiez détendu. Faîtes en sorte de faire le vide dans votre tête. Si vous avez des pensées parasites, laissez-les venir, ne les contrez pas, elles partiront d’elles-mêmes. Si elles ne partent pas, arrêtez l’exercice et essayez de réfléchir sur cette pensée, voire quoi mettre en place afin qu’elle ne soit plus un obstacle. Puis reprenez. Sinon continuez…

II. Faire sourire le Cœur : Faîtes ressurgir en vous, de manière sensorielle, la sensation de joie la plus intense que vous ayez pu éprouver. Si besoin utilisez des souvenirs mais faîtes en sorte qu’à la fin il ne reste que la sensation de joie mais plus du tout le souvenir qui va avec. Faites en sorte que cette joie soit associée à un sentiment d’amour et de vénération (comme si l’on aimait un proche) envers la divinité que vous adorez/louez. Ce peut-être un exercice difficile alors n’hésitez pas à vous entraîner longuement dessus jusqu’à ce que vous y arriviez.


III. L’inviolable tranquillité et purification du Cœur : C’est le moment d’abandonner toutes formes d’égo et de vous rappeler à soi. Expurgez vos intentions afin qu’il n’y reste que votre volonté. Pour cela, n’hésitez pas à vous mettre en état de méditation. Là aussi cela peut-être difficile les premières fois, n’hésitez pas à vous arrêter à cette étape et de vous entraîner dessus jusqu’à tant que cela vous paraisse fluide.


IV. L’Échauffement du Cœur : Visualisez votre plexus solaire pulser d’Énergie subtile jusqu’à ce que vous ayez l’impression de le ressentir presque physiquement. Visualisez que cette Énergie traverse vos bras et sorte par vos mains. Votre plexus solaire pulse si fort qu’il irradie aussi tout autour de vous dans votre aura. Visualisez votre aura prenant la forme d’un œuf autour de vous, de la couleur de votre choix, avec pour ferme intention qu’elle soit infranchissable, rien n’y entre rien n’en sort. Accumulez de l’Énergie à l’intérieur de votre bulle aurique de rétention au maximum. Ressentez comme si l’Énergie irradiait de tout votre être, comme émanant de vos moindres cellules. Puis sentez l’Énergie accumulée se lover tout autour de vous jusqu’au-dessus de votre tête. Enfin, sentez que cette Énergie a pour vocation d’atteindre le divin. Visualisez pour cela que l’Énergie passe pas votre cœur et qu’elle se retrouve connectée à votre part divine. Ressentez comme si votre conscience se fixait sur l’aspect divin à la fois à l’intérieur de vous et à l’extérieur de vous.


V. Déclamation de la prière : Il est désormais temps de déclamer la prière en adéquation avec votre volonté. Le mieux est de l’avoir apprise par cœur afin que le conscient soit occupé pendant que l’inconscient inscrit la charge dans l’Énergie. Si c’est un oraison silencieuse, ce qui suit n’aura pas d’importance, mais si c’est une prière orale, n’oubliez pas d’y mettre toute la prosodie possible (se référer à la partie théorique de mon livre « Les Mécanismes de la Pratique Magique »). Visualisez avec forte conviction le but de votre prière comme si celle-ci avait déjà été réalisée.


VI. Projection : Concentrez-vous sur le but, sur l’information à transmettre à la divinité/entité. Ressentez l’Énergie se « colorer » de cette information. Lorsqu’elle sera suffisamment accumulée, vous ressentirez comme un vague tournis ou un sentiment d’extase. Ce sera le moment de visualiser une brèche dans votre aura au-dessus de votre tête. Et vous expulserez toute l’Énergie accumulée en visualisant qu’elle se transmet à la Divinité/entité que vous avez choisie.


VII. Rappel à Soi/lâcher-prise : Désormais, il est temps de reprendre vos esprits. Recentrez-vous. Respirez un bon coup. Et reprenez vos occupations comme si de rien n’était. Occupez-vous l’esprit avec une activité du quotidien. Faîtes en sorte de ne plus penser à la prière que vous venez de déclamer.

Conclusion : Évidemment, nous ne pouvons pas avoir ici comment écrire une prière. Ce serait fastidieux et difficile sans professeur à vos côtés pour corriger vos prières. Ainsi, je vous conseille de vous référer à mon livre « Les Mécanismes de la Pratique Magique » pour en savoir plus à ce sujet. J’y traite des constructions des formules et de leurs mécanismes psychiques, ce qui en soit n’est pas très éloigné des prières et oraisons. RÉFÉRENCES BIBILIOGRAPHIQUES POUR ALLER PLUS LOIN :

- Jennyfer MARTY & Fred MACPARTHY, Se libérer des mauvaises influences occultes, contre le Mauvais-Œil, les Mauvais-Sorts, les Maléfices, les Envoûtements, les Possessions, Sesheta Éditions, 2018.

- Arnaud THULY, La Voie du Mage, entraînements préparatoires, Alliance Magique Éditions, 2012.

- Audio sur KRISHNAMURTI à propos de la méditation et de la prière. #priere #religion #univers #ange #dieu #deesse #divinite #divin #energie #cosmique #cosmos #astral #energetique #magie #sorcellerie #theurgie #spirituel #spiritualite #force #entite #sebastien #lemaout #mecanismes #pratique #magique #sorcier #mage #sorciere #channeling #oraison #amour #lumiere #coeur #livre #energeticien #medium #voyant #mediumnite #voyance #tradition #kabbale #wicca #paganisme #pagan #paien #crystal #cristal #pierres #mineraux #reiki

Sébastien G.A. Le Maôut

Sorcier ∞ Mage ∞ Occultiste

(Services maintenues pendant le confinement)

100% sécurisé par PAYPAL et TPE

N°SIRET : 811 039 924 00014 

Copyright Sébastien G.A. Le Maôut 2015-2018 

Le Conseil du Pentacle
  • Wix Facebook page
Groupe Indépendant de Recherches Ésotériques