top of page

Le bilan énergétique, étude pré-rituel, test au pendule, taux vibratoire, diagnostic aura & chakras

Dernière mise à jour : 28 févr. 2023



Introduction :

Le bilan énergétique est une pratique qui, bien que souvent confondue avec l'acte de voyance en raison de son appartenance aux différentes disciplines ésotériques, a pour but de déterminer l'état des énergies subtiles personnelles d'un individu, afin d'en évaluer ce qui fonctionne ou ne fonctionne pas sur ce plan. Malheureusement, de nombreuses personnes font l'éloge du bilan énergétique sans posséder les compétences ou les autorisations nécessaires, le présentant à la manière d'un diagnostic médical ou psychologique dissimulé, ou encore en utilisant des données inexistantes pour susciter l'imaginaire des personnes peu averties. Cependant, cette pratique mérite une étude sérieuse de ses fondements.


Le sommaire présenté dans cet article vous permettra d'explorer les différentes variantes du bilan énergétique, en présentant les particularités de chacune. Chaque partie peut être lue dans l'ordre qui vous convient. La dernière section de l'article est consacrée à la manière dont nous avons revu et corrigé cette pratique, ce qu'elle peut vous apporter, ainsi que les recommandations à prendre en compte pour une consultation réussie. L'article de Steve Carlin sera un complément idéal à cet exposé, vous permettant de mieux comprendre le déroulement et à quoi vous attendre lors d'une telle consultation.


Sommaire :

  • 1. Études pré-rituels

  • 2. Taux vibratoire

  • 3. Test au pendule du taux vibratoire

  • 4. Les chakras et les différents corps/couches de l’aura

  • 5. Diagnostic pseudo-médical, médecine énergétique, machine quantique genre Healy

  • 6. Un vrai bilan énergétique c’est quoi alors ?



1. Études pré-rituels :

Il est courant pour de nombreux praticiens de proposer une étude pré-rituel afin de poser un diagnostic, présentant cela comme un gage de qualité et de sérieux. Cependant, il convient de se demander si cette pratique est réellement fiable. Cette offre est souvent utilisée par des pseudo-praticiens pour rassurer leurs clients, appuyant sur le biais cognitif de l'effet de halo. Ce biais peut tromper notre cerveau en lui donnant l'impression que la pratique est sérieuse, scientifique et honnête, alors qu'en réalité elle ne peut être qu'un subterfuge visant à altérer la perception et l'impression globale en faveur du prestataire. Cette technique est souvent utilisée en marketing, notamment dans le domaine publicitaire.


Cependant, il est important de comprendre ce que signifie réellement une étude et comment elle est réalisée. Il est probable que les praticiens soient vagues ou qu'ils prétendent que cela est difficile à expliquer. En réalité, cela peut cacher de la voyance. Cependant, la voyance, tout comme la magie, la sorcellerie et l'énergétique, n'est pas prouvée et n'est pas efficace à 100%. En revanche, une étude doit utiliser une méthodologie efficace pour analyser la possibilité de réussite. La voyance ne peut donc pas être un outil de vérification, elle devrait être vérifiée elle-même.


L'étude pré-rituel n'existe pas dans les disciplines ésotériques sérieuses. Elle est une invention des charlatans pour convaincre les clients. Les pratiquants malhonnêtes évitent de répondre négativement à la demande d'étude, car cela aurait un impact sur leurs revenus. En énergétique, il n'y a pas d'unité de mesure à la manière des kilos, des centimètres ou des litres pour les sentiments et les émotions. On peut avancer que le taux vibratoire et l'unité Bovis sont des unités de mesure, mais cela ne constitue qu'une arnaque.



2. Taux vibratoire :

Les récits concernant les taux vibratoires nécessitent une révision complète en raison de leur origine liée aux unités Bovis. Cependant, il convient de souligner que Bovis a créé cette règle pour les angströms (ancienne unité de mesure d'onde de la lumière spectroscopique) et non pour l'énergie, ce qui peut fausser considérablement les résultats lorsqu'elle est utilisée comme convention, car cela crée une relation entre l'unité Bovis et l'unité d'angstrom en termes de fréquence vibratoire. Selon la théorie de Bovis, une augmentation de 1 angstrom sur l'échelle des longueurs d'onde correspond à une augmentation de 6 unités Bovis sur l'échelle de la qualité de l'énergie vitale. Cependant, il est important de noter que plus le taux d'angströms est élevé, plus cela indique qu'il y a un problème plutôt que d'indiquer une pureté, une luminosité ou une spiritualité accrue, tandis que les taux d'angströms plus bas indiquent une meilleure santé.


L'utilisation d'outils métrologiques non maîtrisés et détournés par les croyances erronées du mouvement New Age représente un réel problème. Enfin, bien qu'Alfred Bovis ait été considéré comme un individu très talentueux dans de nombreux domaines, il n'était pas un physicien de formation, mais plutôt un quincailler. Par conséquent, ses mesures métrologiques et ses théories épistémologiques, y compris son célèbre biomètre et l'unité de mesure qui porte son nom après sa mort, sont peu fiables, même pour les angströms. La raison principale de cette incohérence réside dans l'utilisation d'une donnée issue des lois de la physique, alors que l'énergie est acausale et mal définie, répondant à ses propres lois.


Il convient de souligner que, à ce jour, les unités de mesure de l'énergie ne sont pas universelles et absolues. En effet, leur valeur étalon est individuelle et dépend du propre coefficient pendulaire du praticien. Ainsi, mesurer l'énergie avec des unités non standardisées équivaut à mesurer le temps avec des minutes qui n'ont pas le même nombre de secondes pour chacun. Seule la discipline de la Panergologie, grâce à sa méthodologie de recherche expérimentale, tente d'établir une valeur vraie et fiable qui servirait de valeur étalon. Toutefois, même cette discipline admet que l'adage « la carte n'est pas le territoire » est vrai, ce qui signifie que la valeur étalon ne sera jamais entièrement atteinte, mais plutôt un point de référence.


Il est donc pertinent de se poser des questions sur les valeurs étalons utilisées dans les unités Bovis. Dans son livre sur la Panergologie, Arnaud Thuly explique que « Pour déterminer la valeur étalon de l’unité Bovis, seul Bovis lui-même pourrait nous le donner, or si nous possédons bien quelques témoignages sur des valeurs qu’il aurait transmis, elles ont été données tardivement, par son fils, et sont connues de tous, ce qui influe obligatoirement et inconsciemment sur nos résultats, ce qui nous empêche donc de pouvoir comparer puisque nos propres CPI [Coefficient Pendulaire Individuel] n’influencent que très peu les résultats qui touchent à des valeurs pour lesquelles nous connaissons déjà ‘‘la valeur attendue’’. Ainsi, si vous faites mesurer à quelqu’un l’état énergétique d’une personne, les résultats seront pratiquement toujours les mêmes : compris entre 6500 et 10000 u.b en moyenne, là où la même personne, sur un élément inconnu, proposera des valeurs qui pourraient être considérées comme excentriques au regard du test précédent (parfois plusieurs dizaines voire centaines de milliers d’u.b) ».



3. Test au pendule du taux vibratoire :

Aujourd'hui, les taux vibratoires sont rarement exprimés en unités Bovis en raison et grâce aux différentes planches pour pendule disponibles. Malheureusement, les pseudo-praticiens et les débutants ont tendance à utiliser des planches comportant des chiffres, des couleurs ou des annotations aléatoires trouvés sur internet ou dans des livres de qualité médiocre. Bien que l'utilisation d'autres repères plus simples en lieu et place de l'unité Bovis puisse être bénéfique, le manque de connaissances et de compétences en matière de pendule et de détection ainsi que l'absence de conventions mentales claires (inspirées ou imposées) continuent à entraver cette pratique. De plus, la convention mentale présente une double problématique : la perte de la valeur étalon initiale et l'application du coefficient de chaque praticien, et le fait que la convention mentale étant personnelle, elle est interprétée et modulée par le praticien lui-même, qui peut être sujet à des failles, des ignorances, des biais cognitifs, des erreurs, etc. En somme, cela revient à utiliser une règle mal graduée pour mesurer quelque chose. Cette problématique est particulièrement évidente lorsqu'il s'agit de mesurer des sujets tels que les chakras ou les corps de l'aura, qui présentent déjà des concepts erronés.



4. Les chakras et les différents corps/couches de l’aura :

Les corps énergétiques et les chakras, devenus des emblèmes de la spiritualité New-Age, sont omniprésents de nos jours. Tout un chacun a pu être exposé à des symboles, objets et bijoux illustrant les sept couleurs de l’arc-en-ciel correspondant à ces sept centres d’énergie. Pourtant, l’origine de cette notion n’est pas à rechercher dans les traditions de l’Inde antique, mais dans les travaux de Charles W. Leadbeater, un écrivain anglais du 19ème et du 20ème siècle, membre de la société théosophique. Celle-ci, mère fondatrice du mouvement New-Age, est issue d’une combinaison de mouvements tels que le spiritualisme, la Nouvelle Pensée et la Science Chrétienne. Elle cherchait à amalgamer toutes les formes de spiritualité afin d’en trouver un fil conducteur, au besoin en détruisant ou transformant les concepts orientaux pour les faire correspondre à ceux de l’Occident. Autrement dit, il s’agissait de faire rentrer des ronds dans des carrés et des carrés dans des triangles. Cette pratique a conduit à un syncrétisme véritablement dépourvu de bases solides. Dans l’ouvrage « Corps subtil et corps causal, les six cakra et le kundalini yoga » de Tara Michaël, il est expliqué que les chakras, ou cakra au pluriel et cakram au singulier, ont leur origine dans le Kundalini Yoga (yoga dans le sens de voie spirituelle et non pas le pseudo-sport très répandu de nos jours). Les chakras étaient au nombre de six, le septième étant la réunification de tous. Chacun d’entre eux était symbolisé par une fleur comportant un nombre spécifique de pétales. Par exemple, le cakra de la gorge Visuddha, représenté en gris dans son concept original, n’a rien à voir avec l’élément Eau, mais plutôt avec l’Éther (le ciel, l’espace, le vide), un vide où seul le son peut se manifester. On est donc très loin de la notion de communication souvent associée à ce chakra dans le mouvement New-Age.


Il convient de souligner que les points de repères anatomiques, que l'on nomme aujourd'hui les chakras, ne furent pas initialement considérés comme des centres ou des roues énergétiques dans les traditions ayurvédiques. En effet, à l'époque où ces connaissances anatomiques étaient encore très peu développées, l'ayurvéda cherchait principalement à soigner le corps et l'esprit en trouvant des moyens appropriés. Ainsi, ces points de repères ont été conçus dans un but purement pratique pour aider les praticiens à se situer sur le corps. Cependant, au fil du temps, l'ayurvéda a continué à développer sa cartographie anatomique en y intégrant des méridiens, des nadis, les éléments et les doshas, ainsi que les 7 principaux chakras auxquels ont été ajoutés 21 autres chakras secondaires, dont des milliers de chakras tertiaires ou mineurs. Au total, on dénombre plus de 80 000 chakras dans cette tradition.


L'ayurvéda a également inclus des notions religieuses et énergétiques dans ses enseignements, telles que le concept des corps énergétiques dans l'aura, qui sont décrits comme des couches d'oignon superposées. Cependant, la société théosophique a interprété ces descriptions différemment en y voyant des corps distincts avec des fonctions spécifiques. Le mouvement New-Age a également omis certaines de ces informations en ajoutant des chakras imaginaires au-dessus des chakras principaux. Ainsi, les concepts modernes tels que "chakra bloqué" ou "rééquilibrer les chakras" sont considérés comme des erreurs grossières et des confusions sémantiques entre le signifiant et le signifié de l'objet. Bien que travailler sur un chakra en particulier puisse avoir un sens, travailler sur un symbole est considéré comme étant futile.


En ce qui concerne l'aura, il est important de la différencier du périsprit, qui est un concept distinct dans les traditions de l'Inde antique. L'aura peut être décrite comme un champ de proximité qui gravite autour et à l'extérieur de notre corps, séparé par une charge structurelle. Elle est constituée d'une émanation endogène dont la densité varie au fur et à mesure qu'elle s'éloigne du corps, rappelant ainsi les différentes couches d'un oignon dans les traditions indiennes anciennes.


Les différentes densités ou dégagements énergétiques sont communément associés, de manière arbitraire et consensuelle, à des qualia, qui sont les propriétés des perceptions. Toutefois, ce concept scientifique a été réfuté en raison de son caractère ésotérique. Malgré cela, il est possible de distinguer trois styles de qualia : les expériences perceptives (correspondant au corps mental ou néomasome), les sensations corporelles (correspondant au corps éthérique) et les affects (correspondant au corps astral). Certains individus peuvent être plus sensibles à un ou plusieurs de ces styles de qualia que d'autres. Il convient de souligner que l'idée de différents corps ou couches est une expression interprétative imagée d'une conception de l'esprit.


L'aura est le champ énergétique ou la structure vibratoire que certaines personnes dotées de capacités extrasensorielles sont capables de percevoir. Les fluctuations énergétiques sont généralement représentées par des couleurs, ce qui est un phénomène connu sous le nom de synesthésie. Ce dernier est un phénomène neurologique associant divers sens impliquant des formes, des sons et des couleurs. Toutefois, la synesthésie n'est pas la seule manifestation à prendre en compte. Il faut également considérer la paréidolie, qui est un phénomène impliquant un stimulus informe ou ambigu identifié comme un concept clair et reconnaissable par les codes sociaux et mentaux enregistrés dans notre cerveau, ainsi que l'apophénie, qui est une distorsion des perceptions conduisant à attribuer un sens particulier à des événements banals sans rapport entre eux.



5. Diagnostic pseudo-médical, médecine énergétique, machine quantique genre Healy :

L'usage des concepts de magnétisme, de physique quantique et de bioénergie a engendré une abondance de prétendus bilans énergétiques, proposés en ligne, en personne ou encore avec des machines supposément révolutionnaires. Cependant, il est important de faire preuve de prudence, car les méthodes énergétiques ne sont pas en mesure d'agir directement sur le corps physique. Les pratiques telles que la lithothérapie et le magnétisme peuvent donner l'impression que l'énergie agit directement sur la matière, alors que les recherches indiquent que ce n'est pas le cas. En réalité, l'énergie subtile exerce une influence émotionnelle, voire psychosomatique, qui peut déclencher une série d'effets, mais qui ne peut guérir ni le corps ni l'esprit. La raison en est que l'énergie est proactive, et non réactive.


Les médecines alternatives peuvent être dangereuses car elles peuvent induire des effets nocébo, suivant un placébo, ce qui peut nuire à la véritable médecine. La physique quantique, en particulier, n'a rien à voir avec la mécanique quantique authentique. Pour être plus précis, la majorité des personnes qui utilisent ce terme ne comprennent pas ce qu'est un quanta. Il n'existe pas de machine quantique révolutionnaire capable de mesurer ou de soigner l'énergie. Le Healy, un petit appareil connecté, est la dernière arnaque en date. Il est coûteux et prétend posséder un système pyramidal. Toutefois, il a été décortiqué par un ingénieur, et il ne contient finalement rien d'autre qu'une lumière LED et une connexion Bluetooth. Je vous recommande de lire l'article et de regarder les vidéos en lien, qui démontrent ce fait en direct.



6. Un vrai bilan énergétique c’est quoi alors ?

Après une recherche bibliographique approfondie en français et en anglais, il est apparu que peu d'auteurs abordent le sujet du bilan énergétique de manière concrète, la plupart se contentant de l'évoquer sans approfondissement. Quelques-uns ont tenté d'établir des concepts, mais leurs propositions se sont révélées inadéquates, voire erronées, telles que les pratiques fallacieuses précédemment exposées, ou encore des tests énergétiques comme celui du verre de sel ou des questionnaires établissant des symptômes similaires à ceux de la dépression, des troubles mentaux ou de simples maux de tous les jours. En fin de compte, rien de très convaincant.


Il a donc été nécessaire de repartir de zéro pour élaborer un bilan énergétique en se fondant sur les règles métrologiques, les dernières recherches en énergétique, l'éthique, la morale et la déontologie, l'épistémologie des protocoles, la pédagogie et l'analyse des tendances, afin d'établir des valeurs étalons et de procéder à l'analyse statistique fréquentiste et bayésienne des probabilités de problèmes courants de la vie. Cette démarche a été longue, fastidieuse, coûteuse en temps, en énergie et en nombre de participants.


Il a également été nécessaire d'identifier les éléments pertinents à analyser dans le cadre d'un bilan énergétique. Ainsi, celui-ci permet de mettre en évidence plusieurs facteurs :

  • - L’amplitude énergétique

  • - La qualité des qualia et du périsprit (composants des strates de votre dégagement énergétique)

  • - L’identification des formes-pensées et égrégores (entités)

  • - La rémanence de différentes traces de signatures énergétiques (ichnogènes)

  • - La présence de liens, traceurs ou marqueurs énergétiques vampiriques ou d’envoûtements

  • - La valeur de votre charge structurelle

  • - La présence d’Énergies résiduelles

  • - La teneur de l’équilibre énergétique de vos Énergies subtiles internes

  • - La formation de méta-programmes exogènes

  • - La cotation du taux vibratoire

Il est envisagé de mettre en place un questionnaire fondé sur les principes des thérapies cognitives et comportementales afin de déterminer l'anamnèse de la problématique et de différencier les facteurs psychologiques des problèmes de vie courante. Afin de minimiser toute influence du questionnaire, celui-ci n'est lu qu'après une analyse des énergies subtiles.


En outre, en plus du protocole dialectique et didactique, des outils tels que des règles de mesure adaptées et une méthodologie d'utilisation de pendules ou de captation d'énergie par le biais d'un matériel organique comportant la signature énergétique de la cible à analyser ont été mis en place. Un système en aveugle a également été établi pour éviter toute influence des aprioris.


Enfin, pour faciliter la compréhension des données, un résumé sous forme de document est établi en convertissant les données selon des conventions mentales simples.

Ce travail a été réalisé en collaboration étroite avec Steve Carlin, spécialiste en voyance et médiumnité, qui pratique de la même manière que moi. Les exigences et les méthodes sont identiques, seule la préférence personnelle de l'individu fera la différence.


Le bilan énergétique permet de déterminer les problèmes énergétiques qui peuvent influencer la vie de l'individu ou qui sont la résultante de sa vie ou d'événements particuliers. Il est également utilisé pour vérifier s'il y a une véritable cause énergétique comme un envoûtement. Le bilan énergétique ne doit pas être utilisé pour établir un diagnostic médical ou psychologique, toutes les demandes allant dans ce sens seront refusées.


Le processus d'analyse est simple. Le questionnaire est envoyé à l'individu, qui doit le remplir et le renvoyer avec une mèche de cheveux et une photo récente, ainsi que son nom, prénom et date de naissance. Le protocole de bilan est ensuite effectué et les données sont notées. Le questionnaire est ensuite lu pour vérifier la concordance des données, conformément au système en aveugle. Enfin, un feedback est effectué avec l'individu pour discuter des résultats et affiner les données, suivis de l'envoi d'un document résumant les analyses, y compris un schéma de force/faiblesse et opportunités/menaces, ainsi que des solutions envisageables.


Le tarif associé à l'examen complet de l'état énergétique est de 80€. À la suite de la réception de vos échantillons capillaires ainsi que du formulaire dûment complété, nous procédons à l'analyse de ces données durant une période approximative de trois à quatre jours, avant d'organiser une consultation de feedback préalablement planifiée.


Mes coordonnées :

- Tél : 0663807191

Комментарии


Комментарии отключены.

Sébastien G.A. Le Maôut

Sorcier ∞ Mage ∞ Occultiste

bottom of page